PRESS

On en parle sur le Net…

RECORDS ARE BETTER THAN PEOPLE

Les quatre gaziers d’Enlarge Your Monster ont pris du galon et leur musique, de la couenne […] Il y a des arrangements discrets mais bien présents si tu sais tendre l’oreille, des dissonances pas évidentes à envisager, un groove tout aussi élastique que monolithique (mention ++ à la section rythmique sans faille qui sait taper fort quand il le faut), […] des choix artistiques étranges de prime abord […] mais qui s’imposent au final par leur originalité et leur culot.

METAL-IMPACT.COM

Ce Desert Rock primal, je l’ai retrouvé à l’écoute du debut album des lyonnais de ENLARGE YOUR MONSTER. En décembre 2015, il est encore possible de faire un album qui sorte des sentiers battus tout en livrant la quintessence du Stoner […] Enlarge Your Monster a réussi à composer un disque bourré de qualités et de quelques morceaux d’anthologie, du genre qu’on a envie d’écouter en boucle […] Une galette qui mérite de figurer dans la discothèque de tout amateur de Stoner couillu qui se respecte.

THE SOUND OF CONFUSION

An excellent collection of dark and brooding riffs … Definitely a must hear for any hard rock fan.

ANOTHERWHISKYFORMISTERBUKOWSKY

Il faudrait le passer dans les écoles pour apprendre la coolitude aux jeunes pousses… Ils ont vraiment besoin de ça les gamins, savoir ce que c’est qu’un putain de Desert Rock qui envoie du bois.

LE CRÉPUSCULE DES COLÈRES

Le groupe a su se trouver une vraie identité musicale et nous livre là un disque parfait.

HEAVY PLANET

Kind cool, very different.

ROCK MADE IN FRANCE

Le genre de galette qui jette l’anathème sur une bonne partie de votre discothèque. Enlarge Your Monster explose littéralement tous les poncifs blues, rock et garage jusque là en activité. Peut-être parce qu’ils distillent ça et là des effluves stoner. Le côté rond, chaud et groove de l’ensemble.

L’INCONTOURNABLE

On ne présente plus le groupe lyonnais qui livre sur scène un stoner sombre et puissant.

THE ARTCHEMISTS

Sobriété du rythme, clash des riffs en boucle comme autant de coups de fouet à la croupe des chevaux, leur musique a l’odeur du cuir brûlé, de la peau passée au fer rouge. On se prend leurs tracks dans les tympans comme la litanie d’un V8 bridé sur une route poussiéreuse coupée de tout. Soleil de plomb qui étouffe l’atmosphère, ligne d’horizon qui se dilue dans la vapeur, lichen desséchés qui n’en finissent plus de rouler sur l’asphalte … Très franchement à l’écoute de leurs compos, je pense immédiatement au roman Desolation de Stephen King. Atmosphère de ville fantôme où les habitants se sont entretués, envahie par les coyotes, les crotales et les busards tandis qu’une puissance maléfique s’étend jusqu’au ciel, sorcellerie indienne venue de la nuit des temps … décidément Enlarge your monster porte bien son nom.

THE SOUND OF CONFUSION

Desert-rock from France? As beautiful as it is, France isn’t known for its deserts, but that hasn’t stopped this four-piece from taking inspiration from the sounds that have emanated from the sandy expanses of America and unleashed a little bit of the Josh Homme that’s hiding inside them. With their debut ‘EP’ they do craft a similarly robust and rock-solid sound, and one that contains a decent amount of variety too. Enlarge Your Monster begin with ‘Dance’, a song that somehow takes those beefy sounds and adds a glam-rock edge to them. It’s one of the best tracks here and certainly the most immediate. They take crunching guitars and a slightly heavier approach on ‘Ride’, and one that works reasonably well, but it’s soon forgotten as the standout ‘OMG’ uses those heavier sounds to better effect, perhaps encapsulating the band’s vision best of all the songs here. This is equalled by the dark and almost threatening ‘Dysfunctional’, another instant hit thanks to its tempo and more regular structure and easy groove. They allow themselves to experiment a touch more on final track ‘Spectrum’. Just as dark but even more sinister thanks to the spoken-word lyrics, it feels like the walls are closing in around you, bringing the EP to a natural conclusion. A decent first outing.

LE ZÈBRE

Enlarge Your Monster nous a gratifié récemment d’un cd 5 titres à la limite de la sorcellerie. Vade retro Satanas ! (Diabolo is my co-pilot). Entre rock stoner et heavy tribal blues, voici que des riffs lancinants s’immiscent inexorablement en vous, pendant qu’une voix grave échappée des catacombes semble vous susurrer à l’oreille quelques bons conseils pas très catholiques.

RECORDS ARE BETTER THAN PEOPLE

Cinq titres qui rappellent à la fois KYUSS (Ride) et le QUEENS OF THE STONE AGE de Songs For The Deaf (OMG), le meilleur des deux mondes compulsé en une chanson (Dance), un groove rythmique assez mastoc et un sens de la fête rock’n’roll qui ne fait jamais défaut (Dysfunctional). Plus près de nous, leur musique me fait fortement penser à celle pratiquée par les SWAMP, sauf que ça ne part jamais vraiment dans tous les sens. Le petit côté monolithique à la BLACK ANGELS en sus, quoi. Ca reste autoroutier dans l’approche, on ne dévie jamais du but que l’on s’est fixé (filer droit à toute vitesse jusqu’à exploser le mur devant soi). Ca pose déjà un univers riche et varié (les riffs de gratte tantôt bluesy, tantôt psyché, tantôt noisy).

ZYVA

Noir, poisseux, sensuel et heavy, ce cinq titres promet de retourner les petites culottes de ces demoiselles avant qu’elles n’aient eu le temps de dire ouf. Disfonctional, au riff tendu comme un string, Spectrum, lancinante et flippante, OMG et Ride qui louchent vers le stoner poussiéreux… tout indique qu’Enlarge Your Monster ne fait pas dans la musique pour enfant.